Cusco, la perle coloniale des Andes

Cusco, la perle coloniale des Andes

Cusco ( ou Cuzco) , issu du mot Quechua « Qosq´o », signifie « Nombril ». Les incas voyaient en effet le nombril comme le centre de toute vie, ce que représentait Cusco à leurs yeux.

La légende raconte que la ville aurait été fondée par le premier inca Manco Capac et sa sœur et épouse Mama Occlo, tous deux sortis du lac Titicaca originel, et envoyés par le dieu Soleil Viracocha pour « humaniser » le monde. En réalité, les historiens s´accordent à dire que Manco Capac et la petite civilisation inca naissante seraient partis de l´Altiplano au début du XIIeme siècle  (les hauts plateaux andins, 3800 mètres d´altitude, ), aux faibles rendements agricoles à la recherche de terres très fertiles. Ce qui est le cas de la région de Cusco, notamment la partie que l on appelle la Vallée Sacrée des Incas, qui possède une qualité de terre exceptionnelle et un climat parfait pour l´agriculture.

Mais ce n´est pas avant les années 1438 et le règne de Pachacutec que l´empire inca connut une expansion extrêmement rapide. Cusco devint alors une capitale brillante dans bien des domaines.  Tupac Yupanqui, et Huayna Capac, fils et petit fils de Pachacutec, continuèrent l´expansion de l´empire jusqu’à l´arrivée des conquistadores Espagnols en 1533, ce qui marqua la chute brutale de l´empire.

A son apogée, l´empire inca comprenait les territoires actuels du Pérou, de la Bolivie, de l´Equateur, de la Colombie, du nord de l´argentine et du Chili et gérait près de 12 millions d´habitants.

La caractéristique la plus frappante de Cusco est son architecture, appelée Métisse, qui est un mélange de fondations incas et de constructions Espagnole. Les murs incas aux pierres gigantesques, ajustées entre elles de façon parfaites, sont les bases des constructions de type coloniale Espagnole, avec ses balcons Madrilène typiques.

ce mélange de culture est aujourd’hui toujours aussi marqué à travers la population métisse moderne du centre ville et la population indigène en habit traditionnel et parlant toujours la langue Quechua des extérieurs de la ville et de la campagne proche.

Poster un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :